Jean-Luc Laurent - Le site
 
Jean-Luc Laurent - Le site
Facebook
Twitter
Dailymotion


François, Pénélope, les emplois familiaux et les emplois fictifs

Lundi 30 Janvier 2017




L'affaire Pénélope Fillon aura inévitablement un impact sur l'élection présidentielle et Bastien Faudot a raison de se demander si l'argent n'est pas à François Fillon ce que le sexe était à DSK. Il faudra faire la lumière sur l'activité de consultant de M.Fillon, très lucrative et l'exposant à de possibles conflits d'intérêts.
Mais l'affaire Pénélope Fillon interpelle aussi tous les députés dont le travail est mis en cause à travers une double pratique: l'emploi familial et l'emploi fictif.


L'emploi familial qui est possible légalement, est malsain. La collaboration politique doit être professionnelle et ne pas être détournée à des fins familiales. Tout collaborateur doit avoir des fonctions réelles à l'Assemblée ou en circonscription. Etre collaborateur parlementaire est bien un travail pas une compensation ou une récompense.
C'est la ligne que je me suis fixée pour mes collaborateurs (salariés permanents, salariés temporaires et stagiaires).

C'est mon choix, mais je pense qu'il faudrait aller au-delà en interdisant l'emploi des conjoints et des enfants dans une période d'immense défiance entre les citoyens et les élus. Il faut surtout que les assemblées puissent contrôler l'effectivité du travail et que par ailleurs on offre un cadre plus professionnel aux collaborateurs avec une convention collective et des grilles de rémunérations (le salaire de Mme Fillon n'étant en rien représentatif des salaires des collaborateurs). Le député-employeur doit garder sa liberté de recrutement et définir des tâches mais le travail doit être réel, contrôlable et contrôlé.

Pour regagner la confiance des citoyens, on ne peut pas compter que sur la décence, le bon sens et la vertu des députés, il faut aussi des règles et des sanctions.
François, Pénélope, les emplois familiaux et les emplois fictifs

POSITIONS