Jean-Luc Laurent

Google n'est pas un remède au Covid-19

30/04/2020

Nous nous félicitons de la décision de la ville d’acheter des masques qui seront distribués gratuitement aux Kremlinois. La ville diffuse deux questionnaires en ligne dans la perspective du déconfinement. Nous avons écrit au maire pour lui demander de modifier les mentions sur les données personnelles récoltées et proposer une méthode de distribution des masques au plus près des Kremlinois.



Google n'est pas un remède au Covid-19

Nous nous félicitons de la décision de la ville d’acheter des masques qui seront distribués gratuitement aux Kremlinois. Les masques sont un bien commun. Les prix que nous pouvons constater dans certains commerces ou sur internet sont la preuve que le cynisme n’a pas disparu, malgré la crise sanitaire et sociale que le pays traverse.

L'essentiel de notre courrier :

L’utilisation d’outils numériques, qui pouvait constituer hier pour certains une barrière dans l’accès à certains services, notamment les services publics, devient un enjeu de survie en période de pandémie. Ce n’est pas acceptable. Quels moyens envisage la ville pour permettre de toucher le plus grand nombre possible des Kremlinois qui ne disposent pas d'un accès internet ?

De même, quelle raison justifie que l’inscription des Kremlinois pour recevoir des masques soit close le 11 mai prochain ? Pour que le plus grand nombre de Kremlinois puisse bénéficier de masques, il nous paraît en effet utile que l’inscription ne soit pas close dès lors que la pandémie n’est pas terminée.

Les deux questionnaires mis en ligne cette semaine par la ville témoignent de nombreuses lacunes en termes de respect du Règlement général de la protection des données. Ils ne comportent aucune des mentions pourtant obligatoires. Nous demandons donc au maire des précisions sur l'utilisation des données personnelles récoltées. Par ailleurs, le choix de formulaires Google est plus qu'étonnant alors que des solutions françaises existent.

Nous proposons, au-delà de la demande par internet, une distribution des masques commandés par la ville en deux temps. La première étape pourrait constituer à distribuer deux masques dans chaque boîte aux lettres de la ville, ce qui représente environ la moitié du stock commandé. À ces deux masques distribués à tous, nous pourrions ajouter la mobilisation du tissu local : la réserve communale, les associations de la ville, les organismes municipaux comme le CCAS ou Kremlin-Bicêtre Habitat et les associations de locataires, les médecins, infirmiers, professionnels de santé, pharmaciens et les commerçants pourraient être des relais utiles pour la distribution des masques, sur la base d’un engagement de les distribuer gratuitement. Leur implication complètera cette distribution qui doit concerner tous les Kremlinois, en résidence principale comme hébergés, domiciliés ou SDF. Cela permettrait à chaque foyer de recevoir au moins deux masques dès que les délais de livraison le permettront, sans attendre de devoir se déplacer pour les récupérer.

Enfin, il est important que la ville prévoit dès à présent une nouvelle commande de masques.


Actualités