Jean-Luc Laurent - Le site
 
Jean-Luc Laurent - Le site
Facebook
Twitter
Dailymotion


Cela commence aujourd'hui

Lundi 26 Avril 2010



Les elections régionales ont très fortement sanctionné l’éxécutif en place. Elles offrent un bilan que le MRC doit tirer pour lui-même, et ouvrent désormais une période nouvelle. (article paru dans "Citoyen Militant")


Cela commence aujourd'hui
En mars dernier, le peuple s’est exprimé. Le verdict des urnes permet de dessiner les lignes de forces qui traversent la Nation. Notre mouvement politique,farouchement attaché à la citoyenneté, doit penser son projet en situation.
Pour le MRC d’abord, si l’on met les résultats en relation avec nos élus sortants,nous en sortons incontestablement renforcés : 19 élus contre 15 en 2004 et 12 sortants. Pour mémoire, le MDC comptait 17 élus en 1998. Au terme de négociations qui se sont avérées difficiles, le résultat contribue à inscrire le MRC dans le paysage politique de neuf régions contre 6 précédemment.
Ce bilan chiffré mérite cependant d’être relativisé : 9 camarades en position éligible ont été évincés entre les deux tours malgré l’accord national signé par Martine Aubry et Jean-Pierre Chevènement. Parfois, ce manquement à la parole donnée s’est assorti d’un mépris manifeste à notre égard comme en Rhône-Alpes. Ailleurs, ils ont subi les conséquences de fusions de listes sauvages, contrevenant les engagements contractés.

L’alliance privilégiée PS-Verts
Politiquement, à la faveur du score louable réalisé par les listes écologistes, l’alliance rose-verte a été privilégiée partout ou presque. Claude Bartolone l’a annoncé lui-même : « Europe Ecologie et les Verts sont désormais nos partenaires privilégiés ». Dont acte. Ce fait en dit long pour l’avenir : la ligne sociale-libérale qui résulte de cette combinaison est un étau qui ne favorisera pas la prise de conscience nécessaire qui aurait dû surgir du désastre de la crise.
Le score de 12% obtenu nationalement par les listes d’Europe Ecologie ne doit certes pas être négligé, mais ce serait une faute de le surestimer et de s’en tenir aux apparences. Ce n’est pas un vote durable.
- en 2004, lorsqu’ils se présentaient seuls, les Verts réalisaient déjà 9 à 10% des voix comme en Rhône-Alpes ou en Bretagne.
- La carte du vote vert est très hétérogène: il y a en moyenne un facteur 4 ou 5 entre le vote écologiste dans les grands centres urbains et les zones rurales ou les petites villes industrielles et les quartiers populaires.
- Aux élections régionales, Europe Ecologie a fait 500.000 voix de moins qu’aux élections européennes malgré une plus forte participation.
- La carte électorale de l’abstention est inversement proportionnelle au vote vert : en règle générale, là où l’abstention est forte, le vote écologiste est faible.

L’abstention : le vrai marqueur
Le vote vert est un vote de divertissement, le vote vert fait diversion. C’est en quelques sortes l’abstention des classes moyennes ou aisées, c’est l’abstention des non-abstentionnistes. Lorsque la vraie politique reviendra sur le devant de la scène, la politique qui clive, le soufflé retombera. Il faut donc se garder d’en tirer des leçons hâtives.
L’abstention en revanche est le véritable marqueur de cette séquence électorale. Si les régionales de 2004 avaient occasionné une remobilisation – probablement liée au traumatisme de 2002, et que le référendum de 2005 et les présidentielles de 2007 avaient mené au même constat, l’abstentionnisme progresse en France inéluctablement depuis les municipales de…. 1983. Le vote Front national, lui est par ailleurs concomitant, il marche avec l’abstention. Cette observation en appelle une autre: les élites vantent depuis 30 ans deux échelons de décision pour affaiblir l’Etat : les régions et l’Europe. Ce sont aussi ces deux réalités institutionnelles que les Français boudent le plus volontiers.
Fascinés par la performance des listes Europe Ecologie, envasés dans le bayou des egos et dans les rapports de force de leurs baronnies, les socialistes semblent être revenus à leurs carences organiques. Leur réussite aux élections intermédiaires est l’envers de leurs échecs aux scrutins nationaux. Voici la deuxième illusion d’optique : la gauche n’a pas gagné les élections régionales, c’est la majorité présidentielle qui les a perdues. Il serait à cet égard inconséquent d’envisager 2012 sur la base de ce résultat. En 2012, les cartes seront rebattues.
Se pose dès lors pour nous la question de la stratégie en vue des élections présidentielles, pivot des institutions de la Vème République. Lors de l’entrevue avec Martine Aubry le 4 novembre dernier, cette dernière nous avait fait part de sa volonté de mettre en œuvre une « alliance durable » dans une perspective plus large, au-delà des élections régionales. Elle avait alors évoqué les cantonales, les sénatoriales, mais aussi les primaires. Elle parlait alors de « maison commune ».
Ces intentions n’ont pas survécu à l’entre deux tours des régionales. L’accord a été bafoué et il est à relever que de notre coté, les candidats mais aussi les militants, ont fait preuve d’une grande loyauté pendant la campagne. Avec des fondations aussi précaires, force est de le constater, la « maison
commune » est menacée d’un arrêté de péril imminent. Jean-Pierre Chevènement s’est donc adressé par courrier au parti socialiste pour constater les graves manquements «à la confiance élémentaire entre partenaires d’un même combat ». Dans ces conditions, est-il encore envisageable de s’inscrire dans le processus des primaires pour 2012 tel qu’il a été imaginé ?
Nous avions initialement répondu favorablement au processus des primaires
par un oui conditionnel. Oui parce qu’elles pouvaient être l’occasion de refonder la gauche en provoquant un débat salutaire. Conditionnel parce que nous souhaitions être associés à leur mise en oeuvre et qu’elles soient envisagées de manière ouverte pour nous adresser à l’ensemble des Français. Au lendemain des régionales, nous avons une partie de la réponse : à supposer qu’elles aient lieu, ces primaires seront des primaires socialistes, organisées par les socialistes, pour désigner un candidat mécaniquement socialiste. Aussi, nous devons être vigilants sur un point : notre participation aux primaires impliquerait automatiquement de soutenir le candidat désigné à l’issue de ce processus... La parole du MRC ne serait plus libre et nous ne pourrions exercer aucune influence.

Pour une candidature républicaine
La fin des élections régionales signifie aussi le début d’une autre période : celle qui nous mène jusqu’à 2012. Pour ce qui nous concerne, à partir de nos convictions, le MRC doit compter sur
ses propres forces pour ne pas s’assujettir à des partenaires dont la fiabilité a largement fait défaut. Il ne s’agit pas pour autant d’engager une rupture mais de tenir compte qu’en politique, seul le rapport de force permet d’être entendu. Nous devons nous fixer un objectif prioritaire : celui de bâtir une candidature républicaine pour 2012. D’ici là, Le MRC doit regrouper ses forces pour s’affirmer, se développer et exercer une influence.
Telle est la stratégie que le MRC doit mettre en oeuvre. L’esprit républicain est un souffle contre les forces de la résignation. « On commence par dire : cela est impossible pour se dispenser de le tenter, et cela devient impossible, en effet, parce qu’on ne le tente pas ». Charles Fourier exprimait ainsi la
dialectique qui mène au renoncement.
Face aux défis de ce monde qui vient, le projet républicain n’a pas pris une ride. La faillite de la civilisation libérale permet d’apercevoir en creux la vivacité, la pertinence et le bien-fondé de nos
valeurs, mais surtout, le sens historique de notre combat. A l’heure où le vaisseau européen, victime de ses propres dogmes, prend l’eau de toute part, le MRC, fort de son opposition dès 1992 à la monnaie unique, est bien placé pour tracer un nouveau chemin.
Notre congrès national se réunira les 26 et 27 juin prochains : ce sera pour nous l’occasion de débattre de ces perspectives, à partir de la motion présentée par Jean-Pierre Chevènement et du programme de Salut public. Nous avons deux ans devant nous pour bâtir une candidature républicaine crédible pour 2012.
Cela commence aujourd’hui.


A L'ASSEMBLEE