Jean-Luc Laurent - Le site
 
Jean-Luc Laurent - Le site
Facebook
Twitter
Dailymotion


Recours contre l'élection de Jean-Paul Huchon

Mercredi 8 Décembre 2010



SUJETS : Élection

"Indignation, écoeurement, indécence"


Recours contre l'élection de Jean-Paul Huchon
COMMUNIQUE DE JEAN-LUC LAURENT

Je m’indigne de la situation créée par le recours politicien, piloté en sous-main par Valérie Pécresse,
contre Jean-Paul Huchon et pour lequel le rapporteur du Conseil d’Etat propose un changement de
jurisprudence, concluant à l’invalidation du président du conseil régional. L’interprétation que le
rapporteur fait de l’article L 52-1 est hors-sujet par rapport à la campagne d’affichage mise en
cause.

Les conséquences politiques d’une affiche -qui n’a pas déplacé une voix- seraient démesurées pour
l’Ile-de-France et pour Jean-Paul Huchon. Si la décision du Conseil d’Etat suivait les conclusions du rapporteur public, elle manquerait de cette lucidité élémentaire et du sens des proportions qui font la justice. Sans voie de recours.

Pour éviter le ridicule d’annuler une élection remportée avec 400 000 voix d’écart, le rapporteur public propose une grave sanction individuelle qui n’est pas digne de la démocratie locale, du travail des élus et du choix clair et net des citoyens.

Par ailleurs, les déclarations des responsables de l’UMP sont scandaleuses. Durant les élections régionales de 2010, les ministres candidats étaient partout et faisaient campagne aux frais de la République. En Ile-de-France dès 2007 l’ensemble de l’appareil d’Etat a été mobilisé pour bloquer la majorité régionale et préparer une élection que le Président de la République avait ciblée. La mobilisation de la communication gouvernementale sur le Grand Paris à l’automne 2010, relayée par sa candidate, mériterait un examen attentif. Entendre maintenant l’UMP se draper dans la « morale » est écoeurant. Les électeurs ont été cruels avec Mme Pécresse et les autres ministres candidats, la revanche sur tapis vert judiciaire n’en est que plus indécente.
Trop, c’est trop.

NOS VILLES